L’assemblée générale annuelle de la section SNFOCOS de la CPAM 92 s’est tenue à Nanterre ce lundi 18 septembre 2017 en présence du Secrétaire Général du SNFOCOS, Alain Gautron.

Les comptes de la section ont été présentés, et le bureau réélu à l’identique (Murielle Jeantelet secrétaire de section, Valérie Grimbert, trésorière).

Murielle Jeantelet a indiqué que depuis le changement de direction, le dialogue est plus facile,  que les dossiers font l’objet d’une plus grande écoute.

Alain Gautron a ensuite tenu à présenter aux camarades de la section les avancées que le SNFOCOS a obtenues au niveau local et au niveau national et faire un point d’actualité.

Avant de rencontrer le nouveau directeur de la CPAM 92, Monsieur Collard, à la suite de l’AG, Alain Gautron a rappelé que le SNFOCOS avait par le passé obtenu des améliorations pour les cadres et qu’il entendait continuer dans cette voie malgré la politique d’austérité qui en cette rentrée touche  tous les salariés et les salariés de la Sécurité sociale en particulier.

Le 5 septembre a été signé un avenant au protocole d’accord du 30 décembre 2013 relatif aux garanties conventionnelles apportées dans le cadre de l’évolution des réseaux, entre l’UCANSS et les organisations syndicales qui assure le maintien, pour le salarié qui change d’emploi, de son niveau de qualification et de sa rémunération. Un salarié pourra également se faire accompagner par un représentant du personnel de son choix lors des entretiens de la procédure de restructuration qui le concerne.

Le SNFOCOS négocie actuellement pour la protection des camarades du RSI qui seront demain intégrés au régime général.

Alain Gautron a ainsi réaffirmé le rôle de protection et de défense de l’encadrement que mène le SNFOCOS au jour le jour et a invité tous les camarades à venir participer à la réunion du 9 octobre dédiée aux cadres organisée par le SNFOCOS à la Confédération Force Ouvrière à Paris.

Les camarades de la CPAM 92 ont également eu l’occasion pendant cette réunion de s’exprimer sur leurs conditions de travail notamment suite aux restructurations (TRAM).

Ils s’inquiètent cependant d’une baisse des effectifs constante d’année en année et d’un vieillissement du personnel. Les jeunes cadres embauchés à la Caisse ne restent pas plus d’un an ou deux en poste du fait de la non attractivité des salaires et de la non possibilité d’évolution.

Alain Gautron a rappelé le combat de notre Confédération sur le sujet des ordonnances travail et a incité les camarades à lire les argumentaires de celle-ci.

Karine Gillard, SNFOCOS