Retour de la réunion en audio conférence du 25 mars 2020 en présence de Nicolas REVEL, Directeur général de la CNAM, et des organisations syndicales.

Cette réunion avait pour objet de faire un point sur la situation sanitaire au sein du service médical.

En ce qui concerne les cas de contamination au sein des salariés de l’institution, si le détail ne peut être connu du fait du secret médical, selon le DG, il y a pas mal de cas mais il n’a pas connaissance de cas grave.

Pour le DG il y a un double enjeu dans la gestion de cette crise :

  • être dans la protection par rapport aux collaborateurs.
  • assurer la continuité de nos missions essentielles

Le DG rappelle qu’il ne souhaite pas faire venir des collaborateurs, hors mission prioritaires, sur site.

La sécurité avant tout.

Focus sur le Télétravail :

Devant une situation de départ très inégale (entre 80% au siège et un réseau SM beaucoup moins équipé), la priorité est d’étendre la capacité du télétravail.

Le DG salue l’énergie déployée par les acteurs notamment par les informaticiens de Rennes pour permettre l’augmentation des capacités en VPN.

A ce jour on en compte 17000 et on espère 34000 la semaine prochaine.

Avec une bande passante contrainte, il sera nécessaire d’essayer de se connecter différemment (Pour lire les mails notamment en dehors des plages 9h30-16h30). Ceci bien sûr dans le respect des horaires variables.

Focus sur les conditions de travail des salariés :

Le DG confirme le maintien du salaire, le maintien de l’intéressement (en tout cas pas d’abattement individuel) et des primes spécifiques.

Mais pas de tickets restaurant, ni d’ouverture de droit à congés pour les gens confinés qui ne travaillent pas.

La direction semble inflexible sur ce dernier point malgré les protestations des OS. En effet, les salariés confinés n’ont pas choisi de l’être..

En ce qui concerne le travail sur site notamment pour l’ouverture du courrier, le DG affirme qu’il y aura des mesures de protection.

Sur la question de la prise en charge des amendes :

Le DG répond qu’il faut l’attestation de l’employeur et de l’ADD du jour. Si malgré ces deux sésames il y avait contravention il faudra se rapprocher des services RH.

Sur la question de la prime des 1000 euros, le DG n’en a pas les modalités. Il réserve ce point.

Mais considère légitime que les collaborateurs qui seront amenés à venir sur leur lieux de travail soient reconnus pécuniairement.

Qu’en est-il des astreintes des informaticiens et des rémunérations supplémentaires ?

Le DG dit qu’il y aura paiement des heures d’astreinte et heures supplémentaires.

Coût du télétravail pour le télétravailleurs ? Nous vous renvoyons au courrier SNFOCOS dédié sur ce sujet (cliquez ici).

Sur la question des congés, le DG attend le positionnement du gouvernement et évoque des négociations avec les OS ensuite.

Pour ce qui est des boites mails professionnelles externalisées cela n’est pas souhaité par le DG compte tenu du réseau informatique.

Le SNFOCOS s’engage à vous tenir informer dans ces temps troubles et à relayer vos questions et vos remarques.

La Commission Permanente Professionnelle des Praticiens Conseils du SNFOCOS