Une délégation nationale du RSI–Snfocos (Jean-Marc George et Brahim Bouzid), en présence d’Alain Gautron, a rencontré le Président National du RSI, Gérard Quevillon. Philippe Pihet, secrétaire confédéral Force Ouvrère, avait également répondu à l’invitation.
Plusieurs sujets étaient à l’ordre du jour :
La signature le 07 janvier 2016 du protocole d’accompagnement des salariés : agents de direction, cadres et l’ensemble du personnel à la mise en oeuvre de Trajectoire 
Si le Snfocoss se félicite de la signature de cet accord qui prend en compte nombre de revendications et, notamment la prise en charge de la mobilité fonctionnelle et géographique qui était une de nos revendications majeures (prolongement à 18 mois au lieu de 6 mois entre autre …).
Nous pensons qu’il serait nécessaire de le compléter utilement pour les cadres et agents de direction de dispositions spécifiques (catégories des organismes, point de missions et de fonction dû au multi- sites, nomination de directeurs et agents comptables pivots , mobilité inter branche , accompagnement des agents de direction et directeurs non retenus, corps de missions nationales, etc..).
Le Président National nous a assuré de son soutien dans cette démarche qu’il a trouvée tout à fait opportune.
Il a rappelé l’importance qu’attachait son conseil au maintien d’un dialogue social de qualité avec l’ensemble des salariés et notamment les cadres et agents de direction du régime.
La signature précipitée d’une COG défavorable au RSI
Le Snfocoss a alerté le Président National sur la nécessité d’obtenir des moyens supplémentaires dans la négociation de la COG en cours.
Le Président National nous a réitéré sa volonté de ne pas signer un CPG qui ne donnerait pas les moyens humains et budgétaires aux caisses du RSI, nécessaires à la mise en oeuvre des mesures d’amélioration dans lequel est engagé le RSI.
Une partie des échanges a été consacré aux insuffisances incompréhensibles et à l’absence de qualité des développements informatiques et de l’échec dans lequel tout cela maintenait le personnel du RSI.
Le Président National s’est dit également très préoccupé par l’obtention d’une amélioration de ces outils tant au sein du réseau RSI, qu’en ce qui concerne la maîtrise de l’évolution du SNV2 et donc de l’ISU, comme cela a été préconisé par le gouvernement.
Il milite ardemment pour le pilotage par le RSI des systèmes informatique de l’ISU.
La non revalorisation du point depuis 2006 au RSI, une aberration de plus !
Est-il possible que depuis 2006 un réseau n’ait pas vu évoluer son point de convention collective ?
Le Président National a promis de s’en faire le relais auprès des instances nationales de négociation afin que le personnel ” ne pose pas le stylo dans un acte de découragement “.
De nombreux autres sujets ont été évoqués tel que la nécessité de repenser et faire évoluer l’accord de prévoyance santé du RSI.
Le Snfocos et plus généralement la section FO a réaffirmé sa volonté très clairement affirmée de maintenir et de renforcer le réseau du RSI face aux attaques répétées de ceux qui militent pour une privatisation de la Sécurité Sociale.
Le Snfocos a par ailleurs dénoncé les dispositions insidieuses qui sous couvert d’universalisme (en assurance maladie) ou d’évolutions législatives cavalières (LFSS 2016) remettent en cause les fondements des branches de la Sécurité Sociale.
La représentation nationale du Snfocoss a également réaffirmé avec le Président National son attachement au maintien du principe de démocratie sociale au sein de la Sécurité Sociale et au maintien de conseils d’administration avec des pouvoirs forts, comme au RSI.